26/04/2005

nouveau scandale pour l'armée américaine...

Le rapport de Cherif Bassiouni (expert indépendant en Afghanistan mandaté par l'ONU) n'est pas tendre avec la situation en Afghanistan. Si l'expert constate des améliorations, il fustige néanmoins la "persistance de nombreuses violations des droits de l'Homme" dont de nombreux faits de torture notamment commises par les forces de la coalition ainsi que par les sociétés de sécurité privées, l'armée et la police afghanes.

Parmis les reproches, Bassiouni rappelle que "plus de 1.000 personnes ont été placées en détention, souvent après avoir été arrêtées avec un recours à la force excessif et sans discernement". Ces prisons - quand on en connait l'emplacement - sont comme de bien entendu inaccessibles aux experts de l'ONU. Il est d'ailleurs utile de préciser qu'au moins huit personnes sont mortes par homicide dans ces prisons.

"En règle générale, de pareilles accusations amènent la Commission onusienne des droits de l’Homme à adopter une résolution condamnant les abus et à nommer un rapporteur spécial chargé d’enquêter", explique Brad Adams, le directeur du département Asie de l’ONG Human Rights Watch. "Mais pour l’Afghanistan, les États-Unis n’ont pas voulu que ces mécanismes entrent en œuvre"... L'appel de Bassiouni aux forces coalisées d'arrêter de se croire au dessus des lois prend ainsi tout son sens.

Visiblement, il semble que le message n'est pas passé. Plutôt que de chercher à résoudre les lacunes, les Etats-Unis ont préféré exiger la fin du mandat de Bassiouni, assurant que la situation des droits de l’Homme dans ce pays ne requiert plus la mobilisation d’un expert indépendant... Au moins, c'est clair

(Info glanée sur anti-imperialiste)

22:01 Écrit par kusquo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.